home
DSAA
DMA
MANAA
Collaborations
CV
Lundi, juillet 28th

Pull brodé pour きゃりぱみゅぱみゅ Kyary Pamyu Pamyu, kawaii & pop idol japonaise, à l’occasion de son concert à Paris en Avril 2014.
Dans le DVD de sa tournée “Nanda Collection Wold Tourd 2014”, elle découvre le pull et rigole sur la façon de le porter sans faire peur pour autant.

Avril 2014

Jeudi, juillet 17th

『ça craint いったい』『c’est pourri しょぼい』
Pulls brodés à la main pour la boutique By Mutation, Paris.

Juin 2014

Lundi, mai 26th

L’atelier 154 - showroom de mobilier design - invite la boutique by mutation pour un POP UP STORE du 21 au 25 MAI. 

Une sélection pointue de créateurs MODE BIJOUX ACCESSOIRES CHAUSSURES et DECO

+ SPECIAL GUESTS + NEW DESIGNERS 

VERNISSAGE JEUDI 22 MAI à partir de 18h30

Jeudi, avril 17th

Restauration de mobilier

Mercredi, avril 16th

Christofer Cantodea x Aristide Collection
Collaboration entre un artisan gantier et un designer textile.
Agneau plongé, gabardine de coton, doublure en soie.

Restauration de mobilier / Design textile

Restauration de mobilier pour IrèneIrène.
©IrèneIrène/Christofer Cantodea

Restauration de mobilier pour IrèneIrène x Siblings Factory.
©Siblings Factory/Société Perrier

Coussins de décoration pour IrèneIrène.
©Pascal Amoyel

Lundi, février 25th

'Cell-lumen'

Le micro-organismes est un nom générique pour désigner des êtres généralement invisibles à l’oeil nu allant de la bactérie, aux plantes, aux animaux. Ils fonctionnent de façon autonome mais cordonnés pour se développer, se propager puis muter dans un environnement propice, chaleureux et nourricier. 
En biologie, c’est dans des boites de Pétri qu’on cultive des colonies. Pour les observer en détail, les cultures sont placées sous un microscope optique diffusant une lumière qui, associée à un colorant fait apparaître ce qui est imperceptible à l’oeil nu.

J’ai alors pris mes boites de Pétri et j’ai cultivé mes propres cellules. Sous l’effet de la lumière, j’ai découvert la composition de ces êtres, l’enveloppe transparente entourée d’une fine structure révélée par la lumière.

Inspiré par la façon dont la lumière relève ce qui est imperceptible, j’ai tricoté et crocheté des modules inspirés de mon relevé scientifique et photographique. En encerclant une source lumineuse dans ces cellules de maille, la lumière a fait apparaître son enveloppe, déployant une projection ajourée d’ombre.

9:46pm

3 notes

tags: dsaa. textile. design. culinaire. food. school. paris. france. french.

'L'oeuf de l'engagement'

Forme du monde, l’oeuf est un produit de base dans l’alimentation quotidienne universelle. Son nom et sa forme créent des liens permanents avec notre propre existence; de notre création, à la création, à la procréation. Il renferme dans son cocon de coquille le mystère : la vie.
Symbole trans-culturelle, on s’offre des oeufs décorés, comestibles ou non, le dimanche de Pâques. Symbole de réjouissance après le jeûne, son partage en est tout aussi important; il signifie l’importance qu’on donne à quelqu’un, le don de soi à l’autre.
 

J’ai fait rencontrer deux traditions/pratiques/idées religieuses qui lient le produit œuf à son partage :

  • Plaisir : le don de soi et le plaisir d’offrir grâce à l’oeuf
  • Dévotion : le don de soi à l’autre, grâce au mariage

Je veux faire revivre, en plusieurs temps, l’acte de la demande en mariage qui est une étape fondatrice dans la vie d’un couple :

  • 1er temps : Réalisation de l’oeuf de fiançailles

Ici, j’ai souhaité apporter une dimension plus sensible à l’objet qui fait preuve de la demande : la bague de fiançailles devient oeuf, symbole de cette dévotion, l’objet que l’on offre pour prouver son amour, précieux, fragile et sensible. Il est donc source d’une réflexion particulière quant à son choix, sa personnalisation qui doit être à l’image de la personne le recevant.

  • 2ème temps : Demande en mariage

La demande en mariage est source d’angoisse et d’espérance : l’instant décisif où notre vie en tant qu’être unique se voit transformer en vie de couple. En donnant l’oeuf de l’engament, on témoigne de son amour pour l’autre à la fois par l‘“acte” (la demande) mais aussi par la “réalisation” (personnalisation).

Mercredi, août 15th

Collections textile “Écrans”
Diplôme des Métiers d’Arts - TissageLycée des Métiers La Source - 2012 
Je me suis interrogé sur les différentes représentations d’une image, de la réalité à la virtualité, du souvenir de l’expérimentation à sa numérisation. Ainsi, j’ai souhaité démontrer l’ambiguité existante entre l’analogie de l’expérience à la véracité de sa sauvegarde.
 Mon travail s’est composé en trois collections textile formant un voyage dans l’écran, entre réalité et virtualité :
 • “Les abysses de pixel”  : collection inspirée par des séances de jeux sur console vidéo durant mon enfance
 • “Prochain arrêt : Kodaira" : collection inspirée par les pérégrinations réalisées lors d’un voyage à Tokyo et sa banlieue ainsi que son interprétation numérique, grâce à Internet
 • “Glitch : un nouveau réel” : collection inspirée par la transformation de mes deux précédents collections grâce au “glitch”, défaillance électronique.

Collections textile “Écrans”
Diplôme des Métiers d’Arts - Tissage
Lycée des Métiers La Source - 2012 

Je me suis interrogé sur les différentes représentations d’une image, de la réalité à la virtualité, du souvenir de l’expérimentation à sa numérisation. Ainsi, j’ai souhaité démontrer l’ambiguité existante entre l’analogie de l’expérience à la véracité de sa sauvegarde.

Mon travail s’est composé en trois collections textile formant un voyage dans l’écran, entre réalité et virtualité :

Les abysses de pixel  : collection inspirée par des séances de jeux sur console vidéo durant mon enfance

Prochain arrêt : Kodaira" : collection inspirée par les pérégrinations réalisées lors d’un voyage à Tokyo et sa banlieue ainsi que son interprétation numérique, grâce à Internet

Glitch : un nouveau réel : collection inspirée par la transformation de mes deux précédents collections grâce au “glitch”, défaillance électronique.

Jeudi, août 2nd

Projet Professionnel 2012 “Écrans”
Diplôme des Métiers d’Arts - Tissage


    I- Les abysses de Pixels

Nous voici immergé dans les profondeurs abyssales d’un jeux vidéo imaginaire, reflet de la rencontre entre mes deux jeux vidéos préférés  : Ecco Le Dauphin et Ice&Fire. Ces deux jeux ont une forte histoire et sont des symboles sur leur console respective, la Megadrive de Sega pour Ecco et l’Atari ST d’Atari pour Ice&Fire. Ils présentent à eux deux, deux evolutions et symbolisations différentes d’un même univers aquatique et c’est pour cela que j’ai voulu les faire se rencontrer.

Les fonds marins sont un univers très généralement étudié en jeux vidéos. Ces représentations pixelisées sont fantasmées, reflétant le mystère de ces abysses, profondeurs impénétrables et obscures d’où l’homme, dont moi, ne connait d’eux que peu de choses. 

   1/ À la surface de l’écran, l’écran vivant

Dans un premier temps, j’ai travaillé plastiquement sur des écrans pour obtenir les effets visibles lorsque l’on regarde la surface de l’eau en mouvement. Ces écrans de plastique manipulés sont de possibles représentations d’un écran de console de jeux s’il devenait vivant.


Écrans,
manipulations sur plastique.


   2/ Teinture : du réel au virtuel

En continuité avec mes manipulation sur plastique, j’ai crée une collection de textile teint représentant les effets de miroitements de l’eau. Puis en choisissant des toiles renforcées, j’ai aussi obtenu une représentation “virtuelle”, la teinture ne s’imprégnant pas de la même manière dans les “pixels”.


Extrait d’une collection teinte
Toiles de coton, teinture.


    3/ La rayure fine : de l’autre côté de l’écran

Ce n’est qu’en 94-95 que le jeu vidéo se joue en 3D. Avant cette révolution, les jeux vidéos étaient “plats”, d’où le nom de plateau ou “level” utilisé pour désigner les différentes étapes d’avancement dans le jeu. C’est durant cette décennie qu’est l’apogée du pixel. Cette représentation diminue fortement le détail et tout devient masse. Il est fortement visible pour montrer l’horizon et les effets de profondeur. Comme le pixel est géométriquement simple, il me rappelle les règles logiques de tissage. 

Par la rayure, j’ai souhaité mettre en avant cette pixellisation, représentation numérique du monde réel. Dans un premier temps, les rayures de chaîne sont fines et représentent un premier pas immersif dans l’écran, une représentation de face de ce qui se passe derrière l’écran. Les rayures de trame représentent l’idée de profondeur visible lorsque l’on joue à un jeu vidéo rétro.


Extrait d’une collection tissée,
Chaîne simple, remettage par corps de lames, nylon.
 

   4/ La rayure agrandie : un zoom dans le pixel

En élargissant les rayures de chaîne, j’ai traduit l’idée de zoom dans ces pixels. Les rayures de trame représentent toujours l’idée de profondeur, cette fois par la diffusion et par le bloc.


Extrait d’une collection tissée,
Chaîne simple, remettage par corps de lames, nylon.


   5/ Le bloc : de la vie dans le pixel

J’ai aussi décidé de travailler comme un chercheur qui regarde dans son microscope pour apercevoir si de la vie peut exister dans le pixel. Pour ce faire, j’ai travaillé des textiles où les rayures forment des blocs de pixel, mélangeant contrastes -par le choix du fil- et de motif -en travaillant l’armure par rayure-. Ils sont pour moi une représentation imaginaire de ce qui pourrait se passer si le pixel était vivant.


Extrait d’une collection tissée,
Chaîne simple, remettage par corps de lames, nylon.

(Source : flavors.me)

Mercredi, août 1st

Projet Professionnel 2012 “Écrans”
Diplôme des Métiers d’Arts - Tissage


     II- Prochain arrêt : Kodaira

Cette seconde collection est inspirée de deux expériences, une “réelle” -un voyage réalisé au Japon à la Toussaint 2011- et une “virtuelle” -mon surf quotidien sur le site de partage en ligne de photographie amateur Flickr.

Par le biais de cette étape, j’ai retrouvé la mémoire des lieux que j’ai visité à Kodaira, ville de la banlieue de Tokyo et plus particulièrement celle d’une promenade dans les forêts aux alentours de la station de train. Par la suite, j’ai voulu confronter ma mémoire personnelle et défaillante à la mémoire collective d’Internet.


    1/ Boite mémoriel, premier pas dans ma recherche

Dans un premier temps, j’ai réalisé une “boite mémorielle”, une installation à échelle réduite évoquant cette visite dans les forêts de Kodaira. Il s’agissait de représenter l’ambiance de cette expérience où la nuit est tombé rapidement pour laisser place à une nouvelle forêt lumineuse.

Installation à échelle réduite,
Carton plume, plexiglas, peinture.


Par la suite, j’ai utilisé une collecte sonore réalisée sur bande magnétique aux alentours de la station de train et plus particulièrement dans les forêts. J’ai transposé les sons de la nature et de cette zone urbaine en image par le biais de la sérigraphie. Pour ce faire, j’ai crée des compositions en dessinant à l’aide des bandes magnétiques des forêts que j’ai vu dans cette ville. En vectorisant les motifs et en utilisant du dévorant, j’ai obtenu des textiles me permettant de recréer une installation lumineuse.


Collection sérigraphiée au dévorant,
Soie viscose teinte.


    2/ Motif piqué, motif flou

Au fur et à mesure de ma pratique du tissage, j’ai obtenu une évolution dans ma recherche mémorielle. À l’aide du motif piqué, j’ai transposé la première étape dans cette recherche en obtenant un motif flotté représentant les bambous et plus généralement une image floue.

Extrait d’une collection tissée
Double chaîne, remettage par corps de lames, polyester & lin.


    3/ Remettage par corps de lames, une image nette

Après avoir obtenue les premières représentations floues de ma mémoire, j’ai crée, grâce au remettage par corps de lames, une image nette et précise de ces lieux, une image tissée de ma mémoire.


Extrait d’une collection tissée
Double chaîne, remettage par corps de lames, polyester & lin.
 

    4/ Double chaîne et tissu poche, confrontation des mémoires

Suite à ce premier travail de recherche, j’ai par la suite confronter ma mémoire personnelle à la mémoire collective d’Internet. Pour ce faire, j’ai monté ma chaîne, représentant ma mémoire et j’ai tissé des photographies trouvées sur Flickr, transférées sur bandes textile. La double chaîne et le tissu poche, ici travaillé à la fois de façon uni et par remettage par corps de lames, m’a permis de tisser des bandes à la fois par la trame et par la chaîne. Le résultat rencontre et confronte deux images : réelle et virtuelle, personnelle et collective.

Extrait d’une collection tissée
Double chaîne, remettage par corps de lames, polyester & lin.

(Source : flavors.me)

Mardi, juillet 31st

Projet Professionnel 2012 “Écrans”
Diplôme des Métiers d’Arts - Tissage


    III- Glitch : un nouveau réel

Les images et les vidéos que nous regardons sur Internet, ou tout simplement sur notre ordinateur, sont appelées fichiers numériques, en opposition aux fichiers analogiques dits bruts. Le terme “numérique” prend racine dans le latin signifiant “représentation par chiffre”. Effectivement, une photographie numérique est ouverte avec un logiciel qui nous fait apparaitre un visuel. Mais pour obtenir ce visuel, ce programme déchiffre ce fichier en d’innombrable codes numériques, qui assemblés et assimilés forment sur ordinateur, un visuel. Mais lorsqu’un fichier numérique est corrompu, mal enregistré ou que ses codes numériques sont falsifiés, que ce passe t-il? L’ordinateur le décodera toujours mais en en donnera un visuel à la valeur de ses codes, modifié. Cette action et ces images sont appelées “Glitch”.

Aujourd’hui, le glitch est utilisé par des artistes comme Glitchr et Rosa Menkman pour evoquer, voir dénoncer les limites et le dictat de la normalisation de la vie par le numérique.
J’ai décidé d’utiliser le glitch comme synthèse de mes deux précédents voyages et comme outil me permettant de trouver de nouvelles possibilités à mes productions textiles, de nouveaux voyages virtuels.

    1/ Les abysses glitchées

J’ai glitché une réalisation de ma partie sur les abysses. J’ai obtenu de nouvelles couleurs et de nouvelles rayures transformées sous forme de blocs. Par le biais du tissage, j’ai créer des textiles montrant cette transformation numérique.

Extrait d’une collection tissée,
Chaîne simple, remettage par corps de lames, polyester & lin.

J’ai aussi vectorisé les blocs formant les nouvelles rayures de ma photographie glitchée. En utilisant des couleurs et des typons différents, j’ai obtenu des compositions sérigraphiées multiples pouvant être infinies.

Collection sérigraphiée,
Textile teint à l’indigo.


    2/ Les forêts glitchées

J’ai aussi glitché les photographies trouvées sur Flickr et tissées dans mes textiles mêlant mémoire personnelle et collective. En transférant à nouveau ces images sur textile, j’ai obtenu une résultat erroné et partiel. En utilisant la broderie et plus particulièrement le point de croix, j’ai recrée ses images transformées, point par point, pixel par pixel.

Collection brodée
Point de croix, coton mouliné.

(Source : flavors.me)